Où se trouve le cri de Munch

Où se trouve le tableau le cri de Munch


Où se trouve le tableau le cri de Munch ? Devenu de nos jours tout aussi célèbre que la Joconde, Guernica ou que La Cène de Léonard de Vinci, le cri est la peinture de Munch la plus connue et le tableau le plus reproduit au monde. Nombreux d’entre nous aimeraient découvrir la peinture originale de cette œuvre si fascinante mais ne savent pas où se trouve le tableau le cri.

Et bien, ci-dessous je vous révèle dans quel pays et dans quel musée se trouve le tableau le cri de Munch en 2022. Je partage également avec vous mes conseils de visite pour découvrir cette peinture dans les meilleures conditions et en comprendre tous les détails et symboles.

Qui a fait le tableau le cri ?

Le tableau Le Cri (ou Skrik en norvégien ou The Scream en anglais) a été réalisé par l’artiste peintre norvégien Edvard Munch. En fait, ce n’est pas 1 tableau mais 4 versions différentes du tableau Le Cri que Edvard Munch a peint entre 1893 et 1917 (+ 1 littographie).

Ces 4 versions du Cri ont été plusieurs fois volées et retrouvées entre 1994 et en 2004. Voyons maintenant où se trouvent les 4 tableaux en 2022.

Où se trouve le tableau le cri ?

Le tableau le cri de Munch se trouve à Oslo en Norvège : 2 versions originales de ce tableau peuvent se visiter dans deux musées différents d’Oslo, 1 version pastel est également conservée dans un de ces musées et 1 version a été vendue à en particulier.

En effet, à New York en 2012, une version originale du tableau le cri s’est vendu aux enchères au milliardaire norvégien Petter Olsen pour un montant de 120 millions de dollars.

Où peut-on voir le Cri de Munch ?

En 2022, le Cri de Munch peut se voir dans 2 musées d’Oslo :

  • Un tableau Le cri se trouve au musée Munch d’Oslo qui expose le tableau le plus connu Tempera et huile sur carton de 1910. A savoir que ce Musée conserve également une autre version du tableau au pastel. Voici où se trouve le Musée Munch à Oslo : Edvard Munchs Plass 1, 0194 Oslo, Norvège
  • L’autre tableau Le cri de Munch (peinture à l’huile, tempera et pastel) se trouve au musée d’art d’Oslo qui s’appelle La Galerie Nationale d’Oslo (Nasjonalgalleriet). C’est donc à la Galerie Nationale (Nasjonalgalleriet) d’Oslo que se trouve le tableau le plus célèbre Le Cri ou The Scream de Munch. Mais la Galerie nationale est fermée aux visiteurs depuis le 13 janvier 2019 pour organiser les déménagements vers le nouveau Musée national qui ouvrira en juin 2022 (voir ci-dessous).

Où voir le Cri de Munch à partir du 11 juin 2022 ?

A partir du 11 juin 2022, le tableau le Cri se trouvera dans le nouveau Musée national d’Oslo qui s’appelle Nasjonalmuseet en norvégien. C’est en effet à cette date qu’ouvriront les portes du plus grand musée d’art de la région nordique à Oslo.

Ce musée a réservé une salle entièrement dédiée à Edvard Munch où seront exposés le tableau Le Cri ainsi qu’autres grands chefs-d’œuvre de l’artiste comme la Madone (1894-1895), La Danse de la vie (1899-1900) ou l’Autoportrait à la cigarette (1895).

Comment découvrir The Scream ?

Pour découvrir toutes les facettes du tableau le Cri ou The Scream, vous pourrez :

  • Réserver un billet pour le Musée Munch à Oslo : Billetterie en ligne sur le site officiel du Musée ;
  • Attendre le 11 juin 2022 pour prendre un billet pour le nouveau Musée National d’Oslo afin d’admirer Le Cri dans sa nouvelle salle d’exposition.

Quelle est l’histoire du Cri ?

L’inspiration qu’a eu Edvard Munch pour réaliser Le Cri vient très probablement de son quotidien. En effet, à l’époque où il travaillait sur le tableau the Scream, il résidait à Oslo près d’un asile psychiatrique où résidait sa sœur. On dit que le côté angoissant et horrifié du personnage fait référence à son trouble bipolaire et aux maladies mentales.

D’autre part, Munch a expliqué qu’il avait trouvé l’inspiration un jour dans un sentier près d’un fjord et qu’il a soudain ressenti un cri passer « à travers la nature », une sorte de hurlement primal. Et qu’il lui semblait presque l’avoir entendu avec ses oreilles. Voici les mots qu’il a employé (retrouvé sur son journal du 22 janvier 1892) :

« Je me promenais sur un sentier avec deux amis, le soleil se couchait, tout d’un coup le ciel devint rouge sang, je m’arrêtai, fatigué, et m’appuyai sur une clôture ; Il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville ; Mes amis continuèrent, et j’y restai, tremblant d’anxiété . Je sentais un cri infini qui se passait à travers l’univers et qui déchirait la nature. »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *